Samsonite, une référence pour tout ceux qui veulent se faire la malle…

Milieu du XIXe siècle, côte Est des Etats-Unis. Les migrants s'égrènent vers l'ouest.

En voyant ces étoiles filantes en direction du firmament californien, Jesse Swayder a une conviction : 

San Valise, pas de San Francisco.

Jesse va transformer cette ruée vers l'or en pépite industrielle.

A ces acteurs de "Il était une fois dans l'ouest", il va vendre des valises "Pour une poignée de dollars".

Durant cet exode interminable, les pionniers sont chargés comme des mulets. Leurs valises passent par tous les Etats à mesure qu 'elles les traversent.

L'idée de génie de Sam Sonite ? Concevoir des bagages légers et résistants.

Voilà pour le produit, mais il lui faut un nom … solide.

Jesse ouvre sa Bible. Il choisit un héros aux épaules aussi larges qu 'un rugbyman néozélandais : Samson.

2 consonnes et une voyelle plus tard, le nom Samsonite est avalisé, la société créée (1910).

Denver (Colorado),  les premières boutiques sont dévalisées. Seule une poignée y croyaient. Désormais, le mythe est en marche… enfin en roulettes.

1929 : la Grande Crise. La société se révèle aussi résistante que ses modèles. Samsonite se diversifie. Pour ne pas s'embourber, elle fabrique des bacs à sable et même … des plaques d'immatriculation.

Après la crise, surgit le conflit mondial. Samsonite participe à la lutte contre l'axe du Malle.

Le bureau ovale fait appel à sa solide expertise. La production est réorientée. Fini les valises carrées, on fabrique "ovale" : coque de torpllle, coque de grenade… 

A fond sur l'effort de guerre … Pas très diplomatique la valise !

L'innovation, socle de la réussite de Samsonite. Le groupe recrute des ingénieurs avec un minimum de bagages intellectuels pour conforter son leadership. Les lignes Streamlite (1941), Ultralite Saturn sont le fruit de cette course à la création.

Dans les années 60, le transport aérien se développe. La société va en tirer profit.  Les clients eux tirent leurs valises. Assis confortablement en business, Samsonite voit ses ventes redécoller. Elle conquiert de nouveaux marchés : Europe, Japon. 

Au sein du Board, le directeur financier se félicite de ces produits solides qui générent autant de liquide. "Y a pas de malle à se faire du bien" devient le running gag le plus populaire dans les couloirs du siège au Luxembourg.

L' autre territoire conquis par la marque : la communication.

Dans les années 70, Paris Match impose son fameux "Le poids des mots, le choc des photos". Chez Samsonite, le poids des malles n'est plus un sujet pesant. On capitalise sur le choc pour les spots de pub  : sportif casqué assis sur une valise dévalant à toute vitesse une piste eneigé, valise ultra solide traversant les murs. Que du LOURD !

Mais ce mastodonte de l'univers des bagages sait aussi se parer de légèreté et d'élégance. 

En 2008, le nouveau modèle Cosmolite est commercialisé. Désigné comme un coquillage, il pèse seulement 1,8 kg pour une capacité 36 litres. Un bullot remarquable ! 

Pour les années 2010, nouvelle consigne. La valise modifie ses codes. La marque s'adresse au geek: "T'aider,  je puis".  

Avec sa valise Dark Vador 3d, elle revisite l'histoire du bien contre la Malle. 

Une façon de rappeler que Samsonite a laissé une empreinte impériale dans l'histoire des marques … Un succès à la force des poignées.